mercredi 8 juillet 2015

Eté 2015,canicule et sécheresse,les végétaux de la forêt de Fontainebleau ne sont pas à la fête,moi non plus. Les végétaux identifiés par Gigi portent un astérisque.

Derniers jours de l'été.   La pluie est revenue ,les limaces peuvent à nouveau se déplacer.

Un éléphant de mousse avec une ombrelle de feuilles.

Un arbre remarquable:  Ce chêne sessile à quatre tiges,dans la parcelle n°6.

Une superbe épiaire officinale.   Ses fleurs....

....ses feuilles.

Les champignons poussent,en voici une à qui çà convient très bien.



L'Anneau du Diable à la recherche d'un gite pour hiberner.

Dernières images de cet article:L'été ferme sa porte pour laisser place à l'automne.
Dans la parcelle 137,en bordure de la Gorge aux Merisiers.


L'anneau du diable,ma chenille préférée,c'est la première que je vois cette année,pas question de la déranger  .

Une éphippigère carénée  femelle.





Linaire commune.

Clématite et Buddleia.

Galle de l'églantier.



Un superbe Bouillon Blanc.

En voilà un comme panneau indicateur forestier.

Accouplement de Lasiommata megera ou plus simplement mégères.

Fin de la promenade.
Dans la plaine de Chanfroy.
Decticelle.



Punaise de l'Asclépiade.Une végétarienne qui ,dans notre région,a comme mets préféré le Dompte venin.


L'Oedipode,un joli criquet,celui là est roux.


       Germandrée petit -chêne*.

Aspérule des teinturiers*.     Très rare.

Linaria supina*,amicalement appelée lapine malicieuse.

Peut être un papillon de nuit dans son étui.Après consultation auprès d'André Lequet :un papillon de nuit de la famille des Crambidae,çà c'est sûr,un Agriphila inquinatella,çà c'est probable.
Il n'est pas dans un étui ce sont ses ailes repliées qu'on voit.



Scylle d'automne*....

....une plante très rare.

Azuré.

Euphraise.



Antyllide vulnéraire*.

Véronique en épi.

Silène à oreillettes*.

Les ambiances contrastées de la plaine de Chanfroy.

Fin de la promenade.
Dans les parcelles 781 et 766.     Exuvie de libellule.

Chenille arpenteuse.

Trois paires de petites papattes à l'avant.

Il semblerait que ce soit une Linyphia triangularis.    Elle construit sa toile en nappe horizontale et s'accroche en dessous pour se mettre à l'affût.

Petite Biche.   C'est son nom.

Vasque céleste.
Près de la zone incendiée dans la parcelle 781,la petite mare reste vide.



Début août,des fougères sont déjà rousses.

Amaryllis femelle.

Tircis femelle.   On change de coin.
De ci,delà.....



La sécheresse ; les feuilles des branches suppléantes ,développées par ce hêtre, ont séché.



Une mare.....

...couverte de sphaignes.



Un arbre-fantôme.

Le polypore soufré,un redoutable destructeur de feuillus,ici un chêne.L'arbre semble en bonne santé en fait il est rongé de l'intérieur et peut s'abattre brusquement.   Attention danger.




Dans la parcelle 263.





Le gardien du sentier.


En bordure de la parcelle ce prunier doit réduire sa consommation d'énergie,il n'a pas fait de fruits.
Bien pâle.

Superbe.



Le niveau de la mare a baissé.

Il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre ni de réussir pour persévérer.   Je lui ai donné un petit coup de pouce en l'arrosant.

Une réincarnation de Cyrano de Bergerac.

Changement de lieu.
Près du carrefour de la Butte à guay. Ce hêtre s'est fracassé il y a deux ans.

Juste après sa chute,au printemps 2013.

Le tronc tombé à terre est impressionnant.

Amaryllis sur une Phalangère rameuse.Les fleurs sont particulièrement petites.



Bizarre.








Une petite mare permanente.

Nous ne sommes pas en automne.

Même les fougères  Aigle manquent d'eau.









Nous allons nous promener ailleurs.







Même quand ils sont morts les arbres sont beaux.





Un arbre traverse le sentier.





Rescapé de la sécheresse.

Un autre rescapé.

Dans la forêt la vie devient difficile pour les insectes qui ont besoin d'avoir des fleurs.

Bourdon.





Les plantes sèchent sur pied.

Avec ses racines profondes une plante qui se porte bien.